Le Petit Monde d'Audrey
Administrateurs : Audrey, ThunderLord
 
 Le Petit Monde d'Audrey  LE GRENIER DE CHRONOS  DATES, Evénements & Personnalités 

 Verdun - La bataille

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 Page suivante
Pierma
Modérateur
Pierma
1276 messages postés
   Posté le 21-02-2008 à 21:19:51   Voir le profil de Pierma (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Pierma   

Verdun – 21 février 1916 - Début de l'offensive allemande.


Le 21 février commence l’offensive allemande contre la région fortifiée de Verdun. Depuis le début de ce mois, les soldats tenant le secteur, et leurs officiers, ont de bonnes raisons de s’en douter. Tout simplement parce qu’ils croient ce qu’ils voient et entendent. Mais l’état-major refuse d’y croire. Il craint une diversion qui l’amènerait à masser des troupes inutiles dans ce cul de sac qu’est la rive droite de la Meuse, devant Verdun – une seule route, une seule ligne de chemin de fer, à voie étroite.

Cette particularité est à l’origine du plan allemand. Le saillant français, en demi-cercle, constitue un des verrous du front, et les Français devront le défendre. Il peut être battu de tous les côtés par l’artillerie allemande, rassemblée sur un arc de 15 km. L’armée française, à cette date, ne dispose encore que d’une artillerie lourde très insuffisante : le canon de 75 était supposé servir à tout, les généraux français avaient tout misé sur une guerre de mouvement. L’objectif allemand, parfaitement explicite, est de provoquer une saignée de l’infanterie française : les Français devront rameuter régiment après régiment, ils se feront massacrer par l’artillerie allemande. Une tuerie qui amènera les Français découragés à demander la paix lorsque Verdun tombera.

Les 4 ou 5 événements principaux de cette bataille feront l’objet de posts successifs, aux dates anniversaires correspondantes – La bataille se terminera en octobre - J’ai choisi de les illustrer par des extraits du livre « Verdun » de Georges Blond, un récit remarquable par sa force d’évocation.
-----------------


La tempête avait cessé le 20 février. En seconde partie de la nuit, la gelée avait durci le sol argileux ainsi que la mince couche de neige. Sur toute la longueur du bois des Caures les 1300 chasseurs du colonel Driant travaillaient partout à l’amélioration des tranchées, des abris et des défenses. Driant, député de Nancy, avait demandé à servir au front. Les soldats occupés à ces travaux avaient par instant un peu l’air de bûcherons, de forestiers du temps de paix ou de campeurs très rustiques. Il fallait être l’un d’eux pour éprouver le permanent sentiment de tension procuré par la proximité de l’ennemi.

Il allait bientôt être sept heures et quart, le pâle soleil était levé maintenant depuis un quart d’heure, ses rayons presque horizontaux rosissaient le mince petit ruban de neige posé sur chaque branche.

Quelque chose se produisit. Les hommes virent la mince couche de neige tomber des branches ; de toutes les branches. Avant tout bruit, avant même que fut perceptible le grand claquement de l’horizon au nord et à l’est, la neige se détacha des branches et tomba. Elle n’avait pas eu le temps de toucher le sol que les hommes sentirent leur poitrine se comprimer.

Quelques minutes plus tard, le général Passaga inscrivait quelques lignes sur son journal :<< Je perçois nettement, par le sol de mon abri, un roulement de tambour incessant, ponctué de rapides coups de grosse caisses.>> L’abri du général Passaga se trouvait près du Lac Noir, dans les Vosges. A cent soixante kilomètres de Verdun.

Plus rien n’existait qu’un monstre rugissant, hurlant, tonnant, partout répandu, qui crevait la terre, la soulevait, la jetait par morceaux énormes dans l’épaisseur de fumées suffocantes mêlées de poussière et de débris qui avaient remplacé l’air respirable. Constamment tombait du ciel jaune obscurci une pluie de fin du monde faite de terre, de branches, de pierres, de poutres, d’armes brisées, et de débris de corps humains. Il n’était pas question d’un autre mouvement humain. Toute présence humaine se trouvait réduite à une terreur terrée. L’œil fixe, les chasseurs recroquevillés regardaient tomber cette pluie sans nom.

(La préparation d’artillerie allemande allait durer neuf heures.)

Vers huit heures, le bombardement s’étendit largement sur un arc de cercle de 12 kilomètres, et aussi en profondeur, les canons lourds de 280, de 380 et de 420 entrant en action pour aller battre au loin les villages, les forts, les carrefours, la voie ferrée de Sainte-Menehould, les ponts entre Troyon et Verdun.
(…)
21 février, quatre heures de l’après-midi. Le tir allemand s’allonge. Pour ainsi dire d’un seul mouvement, comme si une main géante relevait un peu le tuyau d’arrosage, la pluie de fer se déplace des premières lignes françaises vers l’arrière. L’espace soudain découvert est malaisément descriptible.
(…)
Le premier élément de cette réalité, au bois des Caures, c’est celui-ci : 350 survivants indemnes sur les 1300 chasseurs de Driant, et ces hommes savent à peine où ils sont. On comprend très bien, à travers les récits des combattants, que l’énergie de quelques gradés, officiers ou non, est alors déterminante. Des hommes qui d’abord refusent de réagir n’osent pas désobéir à l’ordre émanant parfois d’un simple sergent. « Rien à faire, faut rester ici » et ils commencent à chercher leurs cartouches, parfois en injuriant le gradé. Ailleurs, d’autres hommes décident d’eux-mêmes de rester là et de combattre, parfois entourés de quelques camarades, parfois même seuls.

--------------------
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu.
Audrey
Laissez vivre les mots
Administrateur
Audrey
14048 messages postés
   Posté le 21-02-2008 à 22:22:51   Voir le profil de Audrey (Offline)   Répondre à ce message   http://lepetitmondedaudrey.alloforum.com/   Envoyer un message privé à Audrey   

Merci beaucoup, Pierma, pour cette page d'Histoire, comme d'habitude très bien contée. Et nous la confier en plusieurs "épisodes", en fonction des dates, est une excellente idée.

La Grande guerre et Verdun... Une page rude et qui eut un retentissement bien plus important qu'on ne le pense souvent. Car tant d'hommes -de tous âges- sont morts au combat ou estropiés à vie, que le cours des choses en fut changé.

N'oublions pas, par exemple, que les veuves ayant des enfants furent autorisées (chose rare à l'époque) à se remarier avec un frère du défunt. Ceci afin que les choses puissent reprendre leur cours et, à la campagne, les cultures reprendre le plus vite possible.

Car les campagnes furent particulièrement touchées, et on peut sans mentir écrire que l'exode rural a commencé ici.
Si, pendant la guerre (donc l'absence des hommes), les femmes tentèrent, tant bien que mal, de maintenir certaines cultures et une partie de l'élevage, certaines parcelles devinrent rapidement des friches.
A la fin de la guerre, bien peu d'hommes ont eu la chance de revenir vivant. Et, parmi ceux-là, bon nombre étaient amputés d'un membre, voire deux. Dès lors, cultiver la terre, se maintenir à la campagne, et pouvoir en faire vivre sa famille, devint une gageure. De grandes parcelles avant guerre, on en arriva à ne pouvoir cultiver que quelques petits lots. Dès lors, le morcellement des terres s'enclencha... Des veuves durent aussi partir "à la ville" tenter de trouver une place et un maigre salaire, de quoi nourrir leurs enfants. Peu à peu, les petits hameaux se sont vidés, puis les villages.

"La guerre inutile" (comme certains l'appelaient à l'époque) aura provoqué un tournant majeur dans notre pays, enclenchant un processus malheureux... qui s'accentua avec la guerre 39-45, pour finir d'arracher de nos campagnes les derniers souffles de vie d'un monde rural qui ne demandait pas tant d'acharnement.

--------------------
Ouaille
Mon Dieu, qu'il est bete! :D
Modérateur
Ouaille
1080 messages postés
   Posté le 01-03-2008 à 22:54:14   Voir le profil de Ouaille (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Ouaille   

Verdun, c'est un peu le Stalingrad de la Der des Ders...

Une bataille longue et sanglante avec d'un cote des allemands qui n'ont pas su profiter de certaines opportunites et de l'autre des francais dont l'etat-major a d'abord fait tous les mauvais choix et des soldats qui ont fait preuve d'une opiniatrete, une obstination et une resistance rare...

Pierma
Modérateur
Pierma
1276 messages postés
   Posté le 31-03-2008 à 21:17:39   Voir le profil de Pierma (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Pierma   

Verdun : Pétain prend le commandement.



Joffre : "Hé bien, Pétain, vous savez que ça ne va pas mal du tout !"


(on dirait le jeu du sous-titrage, mais la citation est malheureusement exacte)

26 février 1916 : malgré l’absence de renforts, les survivants de première ligne se sont battus. Les Allemands ont dû prendre d’assaut chacun des bois et des villages en avant des forts de la rive droite. Malgré tout, les Allemands ont rompu les lignes – ou ce qu’il en restait- on se bat ‘’ en rase campagne.’’ En 5 jours d’offensive, les Allemands ont partout avancé et menacent de déboucher sur les dernières hauteurs protégeant la ville.

Le fort de Douaumont est tombé par surprise : le général Chrétien, commandant la région fortifiée, avait négligé d’y mettre une véritable garnison. Les Français s’accrochent aux ruines du village de Douaumont. Les renforts immédiatement disponibles effectuent des marches forcées et sont engagés au hasard, cherchant dans la nuit les emplacements des troupes restantes. Un désordre complet règne sur le front.

Joffre, commandant en chef, prend la décision de confier la défense de Verdun au général Pétain, qu'il convoque à son Etat-Major de Chantilly :<<Hé bien, Pétain, vous savez que ça ne va pas mal du tout ! >> Pétain roule toute l'après-midi sur les routes enneigées et arrive à Verdun pour apprendre la nouvelle de la chute de Douaumont.

Des renforts importants, transportés par chemin de fer, sont jetés dans la bataille et bloquent tant bien que mal l’offensive allemande. Le plan allemand semble fonctionner : l’armée française engage son infanterie en quantité pour défendre la ville.

Pétain a la réputation – justifiée – d’être ménager du sang de ses hommes. Il ne cessera de harceler le GQG pour obtenir un maximum d’artillerie lourde. Joffre est très réticent : il ne veut pas distraire les moyens affectés à son offensive de la Somme, prévue pour juillet, et qui sera décisive. (Après les Ardennes en 1914, la Champagne et l’Artois en 1915, ce sera la quatrième offensive "décisive" du général Joffre.)

Les premières décisions de Pétain rétablissent un peu d’ordre dans les combats : il divise le front en secteurs, affectés chacun à un général. La profondeur de l’avance allemande (entre 6 et 10 km) met leurs troupes à portée de l’artillerie de la rive gauche de la Meuse, qui peut intervenir dans la bataille. A la guerre, limiter les pertes signifie toujours : utiliser d’autres moyens. Pétain insiste chaque soir auprès de ses généraux : « Qu’a fait votre artillerie ? » Il fait élargir à 4 voies les soixante-dix kilomètres de la route de Bar-le-Duc à Verdun : 8000 territoriaux (les ‘’pépères’’ – le mot date de cette époque) ont ouvert des carrières et travaillent en permanence à la réfection de cette route, que Maurice Barrès appellera la Voie Sacrée. Un véhicule toutes les 5 secondes. Les voitures à cheval y sont interdites. Cette improvisation réussie va éviter l’asphyxie de Verdun.

Les renforts amenés en grand nombre permettent de stabiliser le front. Les Allemands étendent alors leur attaque à la rive gauche, où la colline du Mort-Homme et la cote 304 vont devenir les hauts lieux de combats forcenés. Sur la rive droite, ils viennent buter sur le fort de Vaux, autour duquel les Français se battent avec acharnement. Les effectifs de l’armée française à Verdun sont passés de 150 000 à 500 000 hommes, mais les Allemands ont toujours l’avantage en artillerie et l’initiative. Le cauchemar – la bataille d’usure - a commencé.

----------------

Un détail de la bataille : le 1er mars, le capitaine De Gaulle - 26 ans – qui défendait une position proche du village de Douaumont, a vu sa compagnie décimée et sur le point d’être encerclée. Il donne aux survivants l’ordre de percer vers l’arrière. Une partie s’échappe, poursuivie par le tir des mitrailleuses.

Lui-même, qui saute dans un trou d’obus en même temps que plusieurs soldats allemands, reçoit dans l’élan un coup de baïonnette dans la cuisse. (C’est sa troisième blessure de la guerre.) Evanoui, il est fait prisonnier et évacué vers un hôpital allemand. Il fait l’objet d’une citation à l’ordre de l’armée. « Officier d’exception (…) est tombé dans la mêlée » – ses hommes le croient mort. Lieutenant d’active à Arras, le capitaine de Gaulle a commencé sa carrière dans le régiment du colonel Pétain, qui le tenait en haute estime. Malgré 5 tentatives d’évasion, ce prisonnier enragé par sa captivité ne réussira pas à revenir au combat. (Il est permis de penser que c’est une bonne chose.)


Edité le 31-03-2008 à 21:18:08 par Pierma




--------------------
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu.
Audrey
Laissez vivre les mots
Administrateur
Audrey
14048 messages postés
   Posté le 02-04-2008 à 21:54:38   Voir le profil de Audrey (Offline)   Répondre à ce message   http://lepetitmondedaudrey.alloforum.com/   Envoyer un message privé à Audrey   

Merci, Pierma, pour cette nouvelle page d'Histoire.

Il est étonnant de réaliser que De Gaulle ait été sous les ordres de Pétain...

--------------------
Pierma
Modérateur
Pierma
1276 messages postés
   Posté le 02-05-2008 à 23:20:35   Voir le profil de Pierma (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Pierma   

L’enfer de Verdun




Depuis que Pétain a établi l’équilibre des effectifs face aux Allemands, ceux-ci n’avancent guère. Mais la relative stabilité du front durant deux mois (du 15 mars au 15 mai) n’est qu’apparente : offensives et contre-offensives se succèdent. Les Français contre-attaquent systématiquement toute avancée allemande. Avec plus ou moins de bonheur : Joffre ne fournit qu’à regret les moyens en artillerie demandés par Pétain. Les pertes françaises depuis le début de la bataille sont très supérieures aux pertes allemandes. Le plan de Falkenhayn – saigner l’armée française – va-t-il réussir ?

A s’en tenir aux états de perte, ce n’est pas certain. Falkenhayn a choisi d’attaquer le front français à son point le plus solide – la région fortifiée de Verdun – et sur ce terrain qui devient plus épouvantable chaque jour, les Allemands aussi perdent du monde. Souvent, l’artillerie allemande est bien empêchée d’intervenir dans ces combats furieux où les soldats des deux camps sont au contact en permanence. Son tir est rendu moins précis par l’intervention de l’aviation française, qui réussit fréquemment à détruire les ballons d’observation allemands : toute l’aviation française est concentrée à Verdun. Malgré tout, d’un côté comme de l’autre, l’arrivée en ligne d’un nouveau régiment passe rarement inaperçue et donne lieu à un violent bombardement d’artillerie. Ainsi, avec des moyens plus faibles, Pétain réussit à rétablir un certain équilibre des pertes. En tous cas, le front paraît devoir tenir. Il devient difficile de distinguer une stratégie allemande au milieu de ce charnier pâteux de Verdun où les deux armées sont comme engluées. Une contre-offensive française serait-elle possible ?

Il faudrait d’ailleurs s’entendre sur les mots : pour Pétain, lancer une contre-offensive signifie préparer et réussir une opération d’envergure. Il sait qu’il n’en a pas les moyens. A Chantilly, on commence à trouver que Pétain manque d’esprit offensif. Il faut avoir du mordant, c’est le mot à la mode. Le président Poincaré, de visite sur le front, s’étonne de voir sur la carte les lignes françaises à moins de 400 mètres du fort de Douaumont, et ce général au ton froid qui lui explique qu’une opération pareille – la reprise du fort – ne peut s’improviser. Pétain serait-il défaitiste ?

Les soldats français ne se posent pas la question : Verdun est devenu pour toute l’armée française un sujet d’épouvante. On sait qu’une division (15 000 hommes) y laisse en moyenne le quart de son effectif dans l’intervalle d’une relève – de 4 à 10 jours selon les circonstances – sans parler des blessés évacués. Les jours d’offensive, c’est encore bien pire. Le terrain commence à prendre cet aspect lunaire, partout creusé par les obus, où se mêlent les cadavres, les abris retournés et les restes d’équipement, une pouillerie de décharge publique où l’eau stagne dans les creux. L’odeur de la mort, omniprésente, est parfois balayée par la fumée verte des obus à gaz. Pétain a obtenu qu’on organise une noria pour renvoyer en secteur calme les divisions déjà plusieurs fois engagées : on ne peut indéfiniment les recompléter avec des jeunes soldats. Toute l’armée française va passer par l’épreuve de Verdun.



Pétain est promu le 2 mai au commandement du groupe d’armées du Centre, dont fait partie, avec 3 autres, l’armée de Verdun. Cette promotion l’écarte du commandement direct de la bataille au profit du général Nivelle.

Georges Blond : Nivelle ne dit pas : « une contre-offensive, ça ne s’improvise pas, il faut la préparer soigneusement. » Nivelle, lui, a du mordant ! « Une contre-offensive ? Mais parfaitement ! Et après celle-là, une autre ! »

La reprise du fort de Douaumont est confiée au général Mangin, avec des moyens qu’il juge lui-même insuffisants : une division pour l’attaque et une seconde pour la relever. Mais Mangin pense que personne n’a encore rien tenté ici, et que les Allemands ne s’attendent certainement pas à voir l’armée française monter à l’assaut du fort. Le général le plus audacieux de l’armée se met au travail.

--------------------
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu.
Audrey
Laissez vivre les mots
Administrateur
Audrey
14048 messages postés
   Posté le 02-05-2008 à 23:35:59   Voir le profil de Audrey (Offline)   Répondre à ce message   http://lepetitmondedaudrey.alloforum.com/   Envoyer un message privé à Audrey   

Merci, Pierma, pour ce nouvel article, toujours aussi enrichissant, sur Verdun.

--------------------
ThunderLord
Assassin au chômage technique
Co-Administrateur
ThunderLord
5222 messages postés
   Posté le 02-05-2008 à 23:45:48   Voir le profil de ThunderLord (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à ThunderLord   

En effet, un tour d'horizon historique bien narré et illustré, j'ai hâte de lire la suite !

--------------------


ThunderLord ---> Thérapie Hautement Utopique et Normalisée de Démultiplication des Etats Reconnus de Léthargie Ombrageuse Reliée à la Démonologie. ©Audrey
Pierma
Modérateur
Pierma
1276 messages postés
   Posté le 17-05-2008 à 20:46:37   Voir le profil de Pierma (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Pierma   

22 mai - Assaut français sur Douaumont


Depuis plusieurs jours l’artillerie française bombarde le fort, que Mangin serait assez satisfait de transformer en décombres, avant d'y lancer la 5ème Division, prévue en tête d'attaque. Impossible d’évaluer les résultats : les photos aériennes sont des photos de la Lune, on n’obtient plus rien d’autre. Le colonel qui commande l’artillerie dispose évidemment des plans du fort. Allons, cet homme connaît son métier, il doit bien avoir une idée de l’effet produit sur les voûtes du fort par les obus de rupture. « Allez dire à votre général que le fort de Douaumont n’est plus qu’une écumoire ! »


Douaumont - photo aérienne


Le 22 mai au matin, le bombardement s’en prend aux tranchées allemandes de première ligne, sur un front assez large. La surprise réside dans le feu roulant que les Français ont mis au point pour l’assaut : à 11h50, les soldats sortent des tranchées, précédés par un mur d’explosions qui progresse à la vitesse de 100 m toutes les 3 minutes. Tous les officiers et tous les hommes de troupe qui ont participé à l’attaque du 22 mai ont parlé avec admiration de la progression du barrage roulant de 75 devant les vagues d’assaut : exactement sur l’étendue du terrain, exactement à la vitesse voulue. Une sorte de rideau magique. L’artillerie allemande tirait, évidemment, mais son tir n’était guère plus violent que d’habitude.

En fait, l’attaque française a démarré trop vite pour que l’artillerie allemande puisse concentrer ses tirs. A midi et une minute, le signal convenu perce à travers les fumées : un feu de Bengale rouge. La première vague d’assaut a atteint le sommet du fort. L’avion d’observation confirme. Onze minutes ! Les troupes françaises ont mis onze minutes pour emporter trois lignes de tranchées ennemies et atteindre leur objectif. A midi quarante un coureur envoyé à Mangin l’informe qu’une centaine de prisonniers allemands viennent d’arriver à son PC.
- Tout de même, hein ! On peut dire qu’ils ont marché !

Les fantassins du 129ème Régiment d’Infanterie ont attaqué le fort avec une détermination extraordinaire. Ils ont trouvé un passage éboulé pour franchir le fossé et monter sur la superstructure. Sous le feu des défenseurs, malheureusement : l’intérieur du fort est intact.

Réplique intelligente, le commandant allemand de Douaumont demande à sa propre artillerie de tirer sur le fort, pendant que ses soldats se tiennent à l’abri. Les français subissent de lourdes pertes. Une partie réussit à creuser une tranchée sur le terre-plein du fort, et résiste à la contre-attaque des soldats allemands sortis de leurs casemates.

Quelques renforts leur parviennent le 23 à 6 heures du matin. Ce sont des soldats du 34ème Régiment d’Infanterie qui ont réussi à passer le barrage : toute l’artillerie allemande est maintenant déchaînée et interdit l’accès au fort. Le régiment de renfort a laissé 4 hommes sur 5 tombés en route. Le fort de Douaumont est encagé par l’artillerie allemande. Toute la journée les Français se défendent sur le sommet du fort, mais il ne peut plus être question de le reprendre.

Le 23 à 7 heures du soir, les soldats français survivants se replient au sud et rejoignent sous un bombardement terrible le dernier renfort, qui n’a pas pu les atteindre. Tous ces hommes forment un îlot encerclé, attaqué par les Allemands qui descendent les pentes du fort. Quelques uns s’échappent, la plupart doivent se rendre. Une fois de plus l’artillerie allemande a eu le dernier mot.


Nivelle prescrit une nouvelle attaque. « Il n’est pas admissible de laisser replier nos troupes. Il faut garder le fort. Attaquez. » Refus de Mangin : « Attaquer ? Et avec quoi ? Moi je ne fais pas d’attaque numéro 2. Je n’attaque pas sans attaquer tout en attaquant. » Il est relevé de son commandement. (Joffre ou Pétain le lui rendra.)

La 5ème Division est remplacée dans les jours suivants. Du 18 au 25 mai elle a perdu 130 officiers et 5507 hommes, presque la moitié de son effectif.


Fantassins en ligne devant Verdun.


Les attaques allemandes vont reprendre. Il leur reste 2 à 3 km à franchir avant de dévaler les collines basses qui dominent Verdun.

--------------------
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu.
Audrey
Laissez vivre les mots
Administrateur
Audrey
14048 messages postés
   Posté le 17-05-2008 à 23:14:29   Voir le profil de Audrey (Offline)   Répondre à ce message   http://lepetitmondedaudrey.alloforum.com/   Envoyer un message privé à Audrey   

Merci, Pierma, pour cette nouvelle page.

Par tes posts, je suis certaine que tu permets à ceux qui n'aiment pas la matière "Histoire" de découvrir plaisamment les évènements survenus sur notre territoire. ...Sans oublier ceux qui aiment et révisent au travers de tes lignes. Merci encore.

--------------------
Pierma
Modérateur
Pierma
1276 messages postés
   Posté le 29-05-2008 à 18:31:37   Voir le profil de Pierma (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Pierma   

8 juin 1916 – Les français perdent le fort de Vaux


Le fort de Vaux est le dernier ouvrage avancé de la défense de Verdun. Plus en arrière, il y a les forts de Souville et de Saint-Michel, mais ils se trouvent sur les dernières collines au dessus de Verdun. Il n’est pas sûr qu’ils suffiraient à bloquer une ruée allemande sur la ville.

Après l’échec des Français à Douaumont, les assauts allemands ont repris. A la fin de mai 1916, le fort de Vaux subissait un bombardement permanent. 8000 obus par jour. Un obus à gaz toxique tombait toutes les 5 secondes devant chaque ouverture. Pour empêcher les gaz de pénétrer, les défenseurs avaient bouché de nombreuses ouvertures, à l’aide de sacs de terre. Les hommes vivaient entassés dans la fumée, la chaleur et la poussière. Normalement l’ouvrage pouvait contenir 250 hommes. Il y en avait là plus de 600. Le fort était sur l’océan de destruction comme un géant canot de sauvetage où s’étaient hissés les rescapés : blessés, isolés, vestiges d’unités coupés de tout. On ne pouvait pas les rejeter à la mort. On en avait évacué la nuit, pendant les accalmies, par petits paquets. Maintenant plus rien n’entrait ni ne sortait.


La garnison du fort


Des combats furieux se déroulent aux alentours du fort. Décrire ces actions est illusoire. On croit voir à travers cette confusion qu’à plusieurs reprises les Allemands, après une avancée locale au cours de laquelle ils ont fait des prisonniers, se retirent sur les positions d’où ils sont partis, les trouvant meilleures. Du côté français, la consigne est redevenue ce qu’elle était au début de la bataille : chaque mètre de terrain repris doit être défendu jusqu’à la mort.

Il faut convenir que pour les Français, défendre le fort signifie ne pas céder de terrain. Cependant le fantassin français expérimenté comprend mal que, parti d’une tranchée acceptable – et l’on n’est pas difficile – pour repousser une attaque, et ayant avancé de vingt cinq mètres – on en est là – il reçoive l’ordre de rester dans un trou où il doit souvent se tenir recroquevillé, tête baissée, pendant des heures, au lieu de revenir à la tranchée de départ.

Les Allemands bombardent 20 heures par jour. Le reste du temps leur infanterie attaque. Le premier juin elle atteint les fossés du fort. Au matin du 2 juin, une attaque bien préparée réussit à aveugler deux casemates, d’où les défenseurs français sont chassés par les lance-flammes. L’infanterie allemande prend pied sur le fort. Le 2 juin à minuit, le fort de Vaux est partagé entre deux propriétaires : à l’intérieur les Français assiégés, qui ne peuvent plus mettre le nez dehors. A l’extérieur, les Allemands.

Pendant plusieurs jours, d’affreux combats de taupes se déroulent dans les souterrains. Un barrage de sacs de terre, quelques français derrière, scrutant l’obscurité. On lance des grenades – très dangereux, on ne peut lancer loin – on tire au jugé et les balles ricochent contre les murs. Parfois c’est un jet de lance-flammes qui envahit un couloir. Les français obligés d’abandonner un barrage se replient derrière un autre, préparé cinq mètres derrière. Le commandant Raynal fait communiquer par signaux lumineux - en morse - vers le fort de Souville : « je confirme demande tir d’artillerie sur le fort. » Tirez sur moi, surprenant message qui peut être déconcerte les artilleurs. Le 4 juin l’infanterie français contre attaque. On voit les rangées de soldats minuscules s’élancer jusque sous le barrage allemand, devenu terrifiant. Plus rien.

A l’intérieur du fort, les ventilateurs ont cessé de fonctionner. Un quart d’eau par homme et par jour. Manger on s’en fout : les organismes surchargés de toxines ne connaissent pas la faim. Les quinquets à pétrole s’éteignent faute d’oxygène. Des hommes tombent en syncope ici et là.


Intérieur du fort de Vaux


Dans les galeries, la lutte continue, « menée par une poignée de braves » termes officiels. On comprend que le reste n’est plus qu’une masse inerte. Dans la nuit du 4 au 5, Reynal fait évacuer tous les hommes inutiles, qui réussissent dans l’obscurité à rejoindre les lignes françaises avancées, à cent mètres du fort. Deux sergents volontaires reviennent avant l’aube, avec un message du général de secteur : les Français vont contre-attaquer avec un régiment, « accompagné de pelotons du génie portant des échelles spéciales. » Où, dans quelle tour d’ivoire a-t-on pu imaginer que les Allemands allaient laisser passer des porteurs d’échelles ?

6 juin – La contre-attaque a échoué. Les survivants – 1 sur 4 – sont maintenant terrés dans des trous d’obus à l’entour du fort, empêchés seulement de relever la tête. Nivelle décide de faire venir deux régiments depuis la rive gauche, soit une journée et une nuit de marche avant l’assaut. Attaque prévue le 8 au matin.

7 juin au soir. Les transmissionnaires du fort de Souville, jumelles aux yeux, regardent clignoter les messages. « N’entendons pas votre artillerie. Sommes attaqués par nappes de liquide enflammé. Il faut que je sois dégagé ce soir et que ravitaillement en eau me parvienne immédiatement.» L’immobile vaisseau de pierre agonise, c’est clair. Le 8 à 3h30 du matin, Souville capte encore une bribe de message, incompréhensible.

Le commandant Raynal – commandeur de la Légion d’Honneur depuis quelques heures, on doit penser qu’il n’en a plus pour longtemps – vient d’envoyer un parlementaire à l’ennemi. Mais prendre contact autrement qu’à coups de fusils semble devenu impossible. Enfin, au jour, les Allemands comprennent et envoient un officier. La capitulation signée, on débouche les ouvertures. Enfin, respirer !

Le commandant Raynal, en route pour la captivité, est reçu par le Kronprinz – qui commande à Verdun. Le prince héritier impérial lui remet une épée, honneur insigne. Geste chevaleresque, le plaisir de la guerre que mènent les princes. Pour être juste, le Kronprinz affirme depuis plusieurs semaines à l’Etat-Major impérial qu’il faut arrêter les frais à Verdun : les gains obtenus ne justifient plus le niveau des pertes. Débat entre généraux. Après la guerre, les journaux allemands le baptiseront : « l’assassin souriant de Verdun. » Le haut commandement allemand semble avoir perdu de vue son objectif : saigner à blanc l’armée française. Il veut une victoire à Verdun.

Malgré la chute du fort, Nivelle a maintenu son attaque du 8 juin : Deux régiments, troupes épuisées dès avant l’assaut, mais seraient-elles en pleine forme, cela changerait-il beaucoup ? On voit les zouaves tomber comme des soldats de plomb balayés par la main d’un enfant, et après eux les Marocains. Un seul officier de zouaves survivra, pour ramener les restes du régiment. Chez les Marocains, 85% de pertes.

(Nivelle commence sa courte carrière, qui se terminera l’année suivante après le carnage du Chemin des Dames.)


Le fort de Vaux après la guerre


La défense proche de Verdun devient de plus en plus difficile. Dans un mois, Joffre va déclencher une énorme offensive sur la Somme. Mais les Allemands ont encore le temps de prendre Verdun.


Edité le 11-09-2008 à 01:10:55 par Pierma




--------------------
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu.
Audrey
Laissez vivre les mots
Administrateur
Audrey
14048 messages postés
   Posté le 30-05-2008 à 23:51:28   Voir le profil de Audrey (Offline)   Répondre à ce message   http://lepetitmondedaudrey.alloforum.com/   Envoyer un message privé à Audrey   

Un grand merci, Pierma, pour cette nouvelle page d'Histoire.

--------------------
ThunderLord
Assassin au chômage technique
Co-Administrateur
ThunderLord
5222 messages postés
   Posté le 09-06-2008 à 23:34:17   Voir le profil de ThunderLord (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à ThunderLord   



--------------------


ThunderLord ---> Thérapie Hautement Utopique et Normalisée de Démultiplication des Etats Reconnus de Léthargie Ombrageuse Reliée à la Démonologie. ©Audrey
Pierma
Modérateur
Pierma
1276 messages postés
   Posté le 25-06-2008 à 21:19:34   Voir le profil de Pierma (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Pierma   

Sacrifices


Après la chute du fort de Vaux, les Allemands commencent les attaques destinées à déboucher sur Verdun. Mais le terrain est devenu tellement épouvantable qu’il paraît impossible d’y faire progresser des troupes : s’il n’y a plus guère de tranchées sur la ligne qu’ils essaient de franchir, il y a partout des trous d’obus. Une troupe française qui recule trouve toujours à s’abriter en arrière.

Attaques et contre-attaques se succèdent sur ce terrain empoisonné, où l’artillerie ne cesse de bombarder que lorsque les troupes sont au contact, où les gaz des obus toxiques stagnent par nappes dans les ravins. Les combattants aveuglés, bombardés, s’affrontent par vagues qui gagnent puis reperdent le terrain. L’enfer de Verdun atteint son point culminant.

Du début juin aux premiers jours de juillet, le schéma est toujours le même. Une avance allemande, puis elle est stoppée. Une autre, stoppée à nouveau. La manière dont la poussée allemande est stoppée ? Elle s’exprime dans les compte-rendu par les mêmes périphrases : sacrifice total de tel régiment, contre-attaque meurtrière… Le 29ème d’infanterie devant Fleury, le 407ème devant le fort de Souville…. Tant d’autres… Le 23 juin, les Allemands frappent un grand coup : 70 000 hommes sont lancés à l’assaut du front. Les Français sacrifient plusieurs régiments. Est-ce que cela va durer encore longtemps ?


Combattants français, photo prise d'une tranchée allemande.


Laisser les Allemands arriver jusqu’à Verdun, prendre Verdun, quitte à regagner le terrain perdu lorsque l’équilibre des forces aura été rompu au profit des Alliés ? Stratégiquement, l’idée mériterait d’être envisagée. Au fond d’eux-mêmes, tous les généraux le savent. Le temps travaille pour les Alliés, même à brève échéance. Dans une semaine, l’offensive de la Somme va ouvrir un autre chantier qui pompera les forces allemandes.

Et cependant il n’est pas question de laisser les Allemands prendre Verdun même pour un mois, une semaine ou une journée. Ce nom est maintenant pour tout le pays et pour le monde entier un symbole. Verdun pris, la guerre ne serait pas perdue militairement, mais elle pourrait l’être autrement : le découragement, l’aventure, la révolution, on verra cela en Russie un peu plus tard. On peut craindre aussi une volte-face des Etats-Unis : « Après tout, arrangeons-nous avec l’Allemagne. » L’événement Verdun ne peut plus être considéré en soi, hors de sa signification.

Le 23 juin au soir, Pétain téléphone à Castelnau, adjoint de Joffre au GQG : « Notre dernière position s’étend du fort de Saint-Michel à celui de Souville. Si elle était emportée, Verdun, au centre d’une cuvette dont les bords seraient tenus par l’ennemi deviendrait indéfendable. Je demande des renforts. Et je demande une fois de plus que l’attaque sur la Somme soit avancée. » Castelnau prend note et rappelle une demi-heure plus tard : « Quatre divisions fraîches seront mises demain à votre disposition. »


Troupes montant en ligne à Verdun


Divisions fraîches, troupes fraîches, chair fraîche. L’ogre invisible, monstrueux, dévore maintenant autant de chair allemande que française. Malgré l’opinion du Kronprinz, l’Etat-Major allemand veut pourtant obtenir une victoire à Verdun avant le début de l’offensive de la Somme. (Cette offensive est connue du Grand Etat-Major, les renseignements allemands sont émérites. Des unités françaises qui viennent occuper leurs emplacements dans la Somme y trouvent des écriteaux ironiques indiquant leur position et l’heure de leur prochain assaut.)

Face au Kronprinz, Mangin. Mangin, dont le prestige aux yeux des échelons supérieurs n’a pas été entamé par son échec à Douaumont. Le général le plus déterminé de toute l’armée va gagner un temps le surnom de « boucher de Verdun » La rumeur du champ de bataille ajoutera cette étoile de sang à ses quatre étoiles de général.

Disposant de troupes fraîches, Mangin va « organiser » quatre contre-attaques mortelles pour bloquer l’avance allemande. Organiser est un bien grand mot. On n’avait pas le temps, il s’agissait uniquement de désigner les unités sacrifiées. Les 24 et 25 juin, six régiments sont lancés dans des attaques sans espoir, dont les résultats sur le terrain ne pouvaient être que minuscules au regard de la consommation de vies humaines.

« Lourdes pertes, gains nuls. » Ou encore : « lourdes pertes, reprise des ruines de trois maisons. » La question est : « pouvait-on faire autrement ? » Ne pouvait-on s’en tenir là et renforcer (travaux, renfort aux positions solides) cette dernière position devant Verdun ?

On pouvait le faire. Mais deux raisons s’y opposaient : trop peu d’espace derrière cette dernière position, on désirait "dégager ". D’autre part, et peut-être surtout, en lançant ces contre-attaques meurtrières, on perdait du monde, mais on en faisait perdre aussi, presque autant, à l’ennemi. On anémiait le bélier allemand, on le rendait moins capable d’arriver jusqu’à Verdun.

A cet instant où nous sommes parvenus, cette forme monstrueuse de la guerre, que les historiens appellent « guerre d’usure » avait fini par trouver devant Verdun une sorte de justification épouvantable.

--------------------
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu.
Audrey
Laissez vivre les mots
Administrateur
Audrey
14048 messages postés
   Posté le 25-06-2008 à 23:03:11   Voir le profil de Audrey (Offline)   Répondre à ce message   http://lepetitmondedaudrey.alloforum.com/   Envoyer un message privé à Audrey   

Merci, Pierma, pour cette nouvelle page d'Histoire.

"Guerre d'usure", "monstruosité humaine", "boucherie", des mots qui dépeignent ce que fut Verdun et cette guerre qui "ne devait pas durer"...

--------------------
Pierma
Modérateur
Pierma
1276 messages postés
   Posté le 26-06-2008 à 21:29:11   Voir le profil de Pierma (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Pierma   

Audrey a écrit :

"Guerre d'usure", "monstruosité humaine", "boucherie", des mots qui dépeignent ce que fut Verdun


Comme j'ai pris le parti de décrire seulement les événements les plus importants, je parle peu de la situation des combattants. Mais certaines descriptions (les postes de secours de première ligne, par exemple) sont effrayantes.

Audrey a écrit :

(...) et cette guerre qui "ne devait pas durer"...


Les historiens disent qu'elle a duré, parce que ça correspond à un moment de l'Histoire où la force d'arrêt des armes était supérieure à leur puissance de choc.

En clair, il suffisait d'une section de mitrailleurs pour bloquer et exterminer une compagnie de braves.

Et puis si on réussissait à percer, l'ennemi était sûr que les troupes n'avanceraient pas plus de 30 km par jour, ce qui laissait le temps d'amener des renforts et de "colmater".

Il a fallu attendre le début 1918 pour voir recommencer la guerre de mouvement, grace à des armes ou des tactiques nouvelles.

La Grande Guerre a été une tuerie bornée parce que... les chars n'étaient pas encore inventés.


Edité le 26-06-2008 à 21:30:07 par Pierma




--------------------
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu.
Audrey
Laissez vivre les mots
Administrateur
Audrey
14048 messages postés
   Posté le 30-06-2008 à 20:35:03   Voir le profil de Audrey (Offline)   Répondre à ce message   http://lepetitmondedaudrey.alloforum.com/   Envoyer un message privé à Audrey   

Mais l'aviation, elle, existait ! Et les politiques de l'époque parlaient suffisamment de ce "miracle du progrès" pour que même le commun des mortels, à l'époque, se demande pourquoi on ne l'utilisait pas (ou pas davantage) pour mettre fin à cette boucherie...

--------------------
Pierma
Modérateur
Pierma
1276 messages postés
   Posté le 06-07-2008 à 22:50:31   Voir le profil de Pierma (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Pierma   

Audrey a écrit :

Mais l'aviation, elle, existait !

Pas vraiment d'aviation de bombardement en 1916.

Les premiers bombardements ont eu lieu... avec des caisses de fléchettes !

Les avions pouvaient tirer vers le sol avec leurs mitrailleuses, mais ça n'a guère été utilisé contre les tranchées, où les soldats pouvaient s'abriter facilement... et tirer sur ces avions encore lents et fragiles.

C'est à partir de février 1918 que se termine la guerre des tranchées. Des 2 côtés on a trouvé le moyen de percer rapidement les lignes, on se bat à nouveau "en rase campagne". Dès ce moment, l'aviation a commencé à intervenir dans les batailles.

En 1918, les "poilus" ont beaucoup apprécié d'être appuyés par des avions ou précédés par des chars. ça changeait des éternelles attaques "poitrines contre mitrailleuses".

--------------------
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu.
Audrey
Laissez vivre les mots
Administrateur
Audrey
14048 messages postés
   Posté le 06-07-2008 à 23:03:59   Voir le profil de Audrey (Offline)   Répondre à ce message   http://lepetitmondedaudrey.alloforum.com/   Envoyer un message privé à Audrey   

Pierma a écrit :

Les premiers bombardements ont eu lieu... avec des caisses de fléchettes !

Des caisses de fléchettes ??

--------------------
Pierma
Modérateur
Pierma
1276 messages postés
   Posté le 07-07-2008 à 23:44:26   Voir le profil de Pierma (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Pierma   

Audrey a écrit :

Des caisses de fléchettes ??


Bein oui ! Des grosses fléchettes qu'on jetait sur les tranchées ennemies ! C'est le mitraillleur qui ouvrait la caisse et la déversait par dessus bord.

Vu l'intérêt limité du truc, on est ensuite passé au lancement de bombes.

Je ne sais pas quel était le poids des premières bombes, mais elles aussi étaient larguées à la main, par le mitrailleur.

A partir de 1917 on voit apparaïtre les premiers "vrais" bombardiers, avec un berceau lance-bombe fixé sous le ventre.

Les zeppelins ont effectué eux aussi des raids de bombardement.

--------------------
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu.
Pierma
Modérateur
Pierma
1276 messages postés
   Posté le 09-07-2008 à 21:20:17   Voir le profil de Pierma (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Pierma   

Verdun – Dernier assaut allemand


1er juillet : les Français et les Anglais viennent de lancer leur offensive sur la Somme. Cependant la poussée allemande en direction de Verdun continue. Poussée n’est même pas le mot, il s’agit d’un pugilat sanglant où les attaques et les contre-attaques se succèdent et se superposent sans qu’on puisse historiquement les démêler.

En raison de la résistance française, le même phénomène se reproduit que lors de la ruée allemande de février, phénomène purement physique hors de l’atteinte des états-majors : le front de la poussée allemande de jour en jour se rétrécit, les troupes sont jetées dans une sorte d’entonnoir, sur un terrain chaque jour moins étendu et où toutes tranchées ont disparu, étendue apocalyptique sur laquelle flotte en permanence un brouillard épais de poussière, de fumées d’explosifs, de gaz toxiques.

Des deux côtés, les pertes sont effrayantes : soixante-dix, quatre-vingt pour cent et davantage. Les combattants, Français et Allemands, sont sourds, suffoqués, assommés, souvent soutenus seulement par l’alcool et seulement conscients de ce qui se passe dans un cercle de quelques dizaines de mètres autour d’eux.

Le 11 juillet les Allemands attaquent encore en nombre. On sent qu’il s’agit cette fois d’une ruée en quelque sorte désespérée. L’attaque de la Somme impose cette frénésie. Ou alors, renoncer. A 4h30 du matin, sur un front de 4 km, deux divisions d’élite – le corps alpin – et trois divisions d’infanterie attaquent sur l’axe Vaux – Souville. La consigne de percer à tout prix est tellement impérative que vingt minutes après le début de l’assaut, le phénomène de « l’entonnoir » se reproduit sur ce front exigu, resserrant les troupes d’assaut en face de la ligne Souville – Fleury, un kilomètre. Les Français contiennent difficilement la ruée. A l’aube du 12 juillet, l’ennemi tient – non seulement a atteint, mais tient – le carrefour de la Chapelle Sainte-Fine, à 400 mètres au nord du fort de Souville.

L’issue de grandes batailles est parfois décidée en quelques instants par quelques hommes, si peu nombreux qu’on peut les nommer. On ne parle pas ici des grands chefs, mais des acteurs. A l’aube du 11 juillet, la 3ème compagnie du 7ème RI avait reçu l’ordre de se rendre sur front d’attaque. Mais bien avant d’y parvenir, rendue à hauteur du fort de Souville, elle ne comptait déjà plus que 60 hommes sur 200. Le bombardement d’artillerie allemand battait son plein. A ce moment un sergent de la garnison du fort s’avança vers le lieutenant Dupuy : » Mon lieutenant, venez voir ce qui se passe. Le fort est fichu ! »

Effectivement, le fort est sans défense. Extérieurement, une sorte de carrière à ciel ouvert. L’artillerie lourde allemande avait aplati les fossés. Un cul de jatte serait arrivé jusqu’aux entrées des souterrains. Le colonel commandant la garnison et ses officiers gisaient au milieu d’un hôpital d’hommes blessés plus ou moins gazés. Des territoriaux valides se tenaient dans la partie la plus solide du fort, le magasin, sans ordres, ne pouvant attendre que la capture ou l’asphyxie.

Entrée des souterrains du fort de Souville


On est frappé de voir comment, instantanément, le lieutenant Dupuy voit et décide. Dégager des issues, y placer des hommes avec des grenades, poster des guetteurs en avant du fort, prendre en main les territoriaux valides et leur assigner précisément des postes de combat, avec indication, pour chaque poste, du champ de tir, évacuer un maximum de malades et blessés. Si Dupuy ne l’avait pas pris en charge, le fort de Souville serait resté ce qu’il était : un cadavre de fortification. On ignore pourquoi le commandement français l’avait laissé dans cet état : pas informé ? Ou pensant que les Allemands n’atteindraient pas Souville ? Dans la soirée, Dupuy reçoit quelques hommes de renfort, que lui amène le capitaine Decap.


Carte postale : le fort de Souville après la bataille.


Le 12 vers 6h00 du matin, les guetteurs arrivent, essoufflés, lançant le vieux cri : " les voilà ! " Les Allemands partis du carrefour de la Chapelle Sainte-Fine montent vers le fort. Les premiers sont nombreux, environ cent cinquante. Ils s’avancent sans se presser, certains avec des grenades, d’autres baïonnette au canon.

Ils n’ont aucune peine à franchir les fossés comblés. Dupuy retient encore ses mitrailleurs : " Pas encore, attendez… oui, allez-y. Feu ! "
Le lent moulin à café qui a été jusqu’à maintenant peut-être l’arme la plus efficace de cette guerre, un tube sur un trépied, deux de ces armes entrent en action. Dans la petite cohorte grise qui s’avance, un flottement, des hommes tombent.

- cessez le feu. En avant !
La contre-attaque immédiate, la voilà. A la grenade. Les Allemands se couchent, se terrent dans des trous, grenadent eux aussi. Dupuy fait sortir d’autres hommes, les place, les lance, fait battre les côtés par ses deux mitrailleuses pour éviter tout débordement.

Il faut se représenter que cette défense du fort de Souville se déroule dans le grondement d’un bombardement qui ne cesse pas, tandis qu’alentour d’autres combats se livrent. Mais c’est ici la pointe, l’avance extrême et les Allemands savent que, Souville franchi, leur bélier peut pousser d’un coup jusqu’à Verdun. Les quart d’heures passent, et sur cet étroit espace devant le fort, on aperçoit les petites silhouettes grises et bleu horizon qui vont et viennent, courent, se couchent, se relèvent, lancent leurs grenades. Le lieutenant Dupuy et le capitaine Decap coordonnent les mouvements de leur minuscule régiment avec une habileté de grands chefs.
« A ce moment, l’attaque faiblit. Trois Allemands, les plus près de nous, se rendirent, les autres reculèrent. »

Voilà le tournant. 12 juillet 1916. Huit heures trente environ. L’immense bataille de Verdun bascule.

Un monument marque aujourd’hui, à la Chapelle Sainte-Fine, officiellement, « l’extrême avance allemande devant Verdun. » Cette statue de lion couché, on aurait pu l’élever devant le fort, là où quelques hommes courageux, commandés par des officiers subalternes intelligents, forcèrent le destin. L’histoire officielle a retenu que « les Allemands prirent pied un moment sur le fort, mais en furent rejetés par les contre-attaques françaises des généraux Mangin et Paulinier. » Je crois [Georges Blond] sincèrement que nous venons de voir les choses de plus près.

Dans la soirée du 12 juillet, le Kronprinz, commandant de la 5ème armée, reçut du quartier général allemand, « les objectifs fixés n’ayant pu être atteints, l’ordre de se tenir désormais sur une stricte défensive. » L’Allemagne avait perdu la bataille de Verdun.
_______________


Pour les Français, il reste à dégager Verdun, pour éviter toute nouvelle surprise. Pour les Allemands, la perte de cette bataille est grave : ils savent maintenant qu’ils n’ont pas les moyens de l’emporter en France. Le front français s’est révélé infranchissable.

Quelle idée aussi, d’attaquer à l’endroit le plus solide ? Au cours de la bataille, l’Etat-Major allemand a perdu de vue son objectif initial - saigner l’armée française - pour se focaliser sur la prise de la ville. (Allez donc expliquer à l’empereur, après les premiers succès, qu’on ne souhaite PAS prendre la ville.)

Pour ce qui est des tués, les Français ont pu constater le niveau des pertes allemandes. Et qui va croire que le niveau des pertes françaises ait jamais ému le général Joffre ? La moitié des morts de la Grande Guerre ont été tués en 1914 et 1915, c'est-à-dire en 18 mois. Il est vrai que l’Angleterre n’a établi le service militaire obligatoire qu’au début 1916, mais les Anglais sauront se « rattraper » si j’ose dire : ils finiront la guerre avec des pertes à peine inférieures à celles des Français.

Pour l’instant la guerre penche en faveur des Alliés. L’offensive sur la Somme vient de démarrer. Les Allemands n’ont guère de stratégie de rechange, si ce n’est renforcer leurs armées en Russie. De plus, le blocus naval mis en place par les flottes anglaises et françaises commence à faire sentir ses effets : en Allemagne, on a commencé à rationner les civils.

--------------------
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu.
Audrey
Laissez vivre les mots
Administrateur
Audrey
14048 messages postés
   Posté le 27-07-2008 à 01:05:09   Voir le profil de Audrey (Offline)   Répondre à ce message   http://lepetitmondedaudrey.alloforum.com/   Envoyer un message privé à Audrey   

Merci, Pierma, pour ce nouvel article, comme toujours méritant le détour pour une meilleure compréhension de cette période douloureuse.

(...et désolée du retard de ma réponse, mais j'attendais d'avoir (enfin) suffisamment de temps pour lire tes lignes avec l'attention qu'elles méritent)

--------------------
Pierma
Modérateur
Pierma
1276 messages postés
   Posté le 28-07-2008 à 20:10:38   Voir le profil de Pierma (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Pierma   

Audrey a écrit :

(...) (...et désolée du retard de ma réponse (...)

Pas de problème.

Et puis rien ne presse : la bataille ne se terminera que fin octobre.

--------------------
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu.
Pierma
Modérateur
Pierma
1276 messages postés
   Posté le 12-08-2008 à 19:35:06   Voir le profil de Pierma (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Pierma   

Verdun – été 1916



Evacuation d'un blessé français.


Le coup d’arrêt donné aux Allemands à 3 km de Verdun avait fait passer un vent d’enthousiasme dans le pays. L’Assemblée, l’Académie française, les ambassades étrangères multipliaient les félicitations à l’armée de Verdun.

A l’Etat-Major de Verdun régnait un optimisme presque inadmissible.

15 et 16 juillet : une division française est lancée à l’assaut des positions allemandes devant Souville. C’est 3 jours à peine après la dernière offensive allemande au même endroit. Il pleut depuis deux jours. Le terrain détrempé et ravagé par les obus est boueux et glissant. Les Allemands ont eu le temps de creuser. Déchaînement de l’artillerie allemande, massacre des soldats français par des mitrailleuses bien protégées… combien de fois avons-nous déjà assisté à ça ?

A la même période, des réserves montantes traversent Verdun en bêlant , par dérision atroce, et les gendarmes arrachent un peu partout des panneaux furtivement plantés : « Chemin de l’abattoir. » Est-ce que ça va durer encore longtemps ?

Le 18 juillet, Pétain semble se réveiller en tant que chef des armées du Centre. Il sort de sa réserve et fait savoir que désormais les attaques à Verdun seront décidées directement par lui, "en raison des moyens importants dont dispose l’armée de Verdun." (elle mobilise 400 000 hommes à elle seule)

Dans le même temps il s’adresse au GQG pour demander plusieurs mortiers lourds de 400 mm, pour détruire les forts de Douaumont et de Vaux, qu’il faudra bien reprendre.

Pétain : « On me promettait satisfaction pour le début de l’automne. Je décidai d’attendre. Aussi les mois d’août s’écoulèrent-ils sans événements marquants dans la région de Verdun. »

Sans événements marquants… Pétain peut bien écrire cela – après la guerre – mais on meurt encore beaucoup à Verdun pendant ces deux mois.

Les Français reprennent le terrain perdu en juin et juillet, en vue de la riposte majeure de l’automne. Pétain y imprime ses méthodes : les attaques sont lancées avec des objectifs précis et limités, une supériorité numérique absolue et un soutien massif de l’artillerie, dont il s’applique à améliorer le renseignement et les liaisons. Il profite aussi de la faiblesse relative des Allemands (l’offensive française de la Somme bat son plein) pour reprendre le ciel de Verdun. L’aviation française obtient la supériorité et apprend à diriger les tirs d’artillerie. (Certains appareils sont même équipés de la TSF et transmettent par messages radio.)


Avion Nieuport 17


Autre nouveauté : on fait des prisonniers allemands en nombre. La bataille perdue, les combats qui s’éternisent… certains font partie de régiments qui reviennent étrillés de la Somme… Les soldats allemands découragés se rendent plus souvent.

Pour les combattants français, si les offensives ne sont plus aussi sanglantes, le quotidien reste épouvantable. Le sol est littéralement truffé de cadavres, l’odeur est ignoble, le ravitaillement toujours aussi difficile, et on meurt de soif. Le soleil d’été s’ajoute au supplice des obus de l’artillerie allemande qui n’a pas désarmé. Les Allemands attaquent encore, pour obliger les Français à maintenir leurs effectifs à Verdun et soulager ainsi leurs troupes attaquées sur la Somme.

Georges Blond : « Pour beaucoup d’entre eux, ce fut alors que la guerre prit comme une forme d’éternité. L’enfer de Verdun, ce n’était pas seulement les terribles souffrances, mais aussi une durée sans fin, comme celle de l’enfer. Oui, des hommes, à cette époque, plusieurs me l’ont dit, sentirent naître et se fortifier en eux, comme une plante hideuse, cette idée que la guerre pouvait très bien ne jamais finir.

Tout était organisé pour la guerre, trop de gens en profitaient, selon eux, de haut en bas. Les fabricants d’obus, les ouvriers planqués à gros salaires dans les usines, les mercantis, les marchands de vinasse et les putes qui formaient derrière la ligne de front une immense armée de sangsues, les généraux qui gagnaient des étoiles, les ministres qui touchaient sur les fournitures de guerre, tout le monde. (…) Et quel gouvernement, après avoir mille fois répété « jusqu’au bout », oserait proposer la paix ? Aveu dangereux sur l’absurdité de la guerre conduite jusque-là. Les Alliés trouvaient de nouveaux alliés, mais les Allemands en trouveraient aussi : les Turcs, les Chinois, pourquoi pas ? Cela pouvait durer peut-être un siècle. »


Edité le 12-08-2008 à 19:38:44 par Pierma




--------------------
Les raisonnables ont duré, les passionnés ont vécu.
Audrey
Laissez vivre les mots
Administrateur
Audrey
14048 messages postés
   Posté le 12-08-2008 à 21:56:37   Voir le profil de Audrey (Offline)   Répondre à ce message   http://lepetitmondedaudrey.alloforum.com/   Envoyer un message privé à Audrey   

Merci, Pierma, pour ces nouvelles lignes.

C'est en effet ce qui ressort de nombreux témoignages laissés par des Poilus : la sensation que "jamais ça ne finirait", que "seule la mort mettrait fin à leurs souffrances", etc.
Bon nombre de ceux qui s'en sont sortis le doivent en grande partie par les sentiments forts qui les liaient à des êtres chers (femme, enfants...). Sans cela, ils avouaient "qu'ils se seraient laissés emporter par ce tourbillon de mort qui foudroyait les uns et les autres, sans jamais s'arrêter", en se mettant à découvert pour que tout cela cesse...

Quant aux rescapés du front, ils eurent bien du mal à "revenir", mentalement et moralement parlant. Les cauchemars les accompagnèrent très, très longtemps, les réveillant en pleine nuit, hurlant, se croyant encore sous les obus, au milieu des cadavres, des rats et de la souffrance. Même les moments heureux vécus par la suite n'avaient pas le même impact sur eux : difficile d'oublier, difficile de sourire "quand on a vécu la guerre", difficile de "vivre comme si rien n'avait eu lieu"...

--------------------
Haut de pagePages : 1 - 2 Page suivante
 
 Le Petit Monde d'Audrey  LE GRENIER DE CHRONOS  DATES, Evénements & Personnalités  Verdun - La batailleNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
 
créer forum
   Hit-Parade